Retour à la page précédente

Rapaces

" La Contre-Attaque 2 "

Nos Rimes violentes, anti-chaos
Choquent la classe gouvernante, la met KO !
Au sol, à terre, sur le carreau...
Avec en prime : paroles et sons radicaux.

On a une âme de guerrier, quand le coeur y est,
Rien n'arrête les pas de décharnés.
Acharnés, s'il en était question ?
Regarde bien nos alliés et nos productions.

Regarde le passé et vois où en sont
nos convictions comme nos concessions...
Mate bien comme ya rien que du béton !
Que des fantômes à l'horizon...

Pour faire sortir les truands de leur terrier
Débarquent les bons, les brutes, une clique de guerriers
Une foule de lyrics acerbes dans le barillet
On est déterminés, qu'est c'tu veux parier ?

On contre-attaque quand on nous attend pas
Comme des paranoïaques fomentent un attentat.
Le son tape, te claque dans les tympans
Tellement ce rap est profondément différent.

RAPACES a toujours été révolutionnaire
Depuis sa façon de dire, jusqu'à sa façon de faire.
Référence au fait de ne pas vendre ses prods,
De ne suivre aucun courant, ni aucune mode.

Nous sommes aptes à décrire des réalités
Qui à la face des hommes sont loin des banalités.
Chaque écoute se veut létale et perturbante,
Une critique fondamentale qui se réinvente.

Hors cadre, sortant du décor, on opère,
élaborant ensemble une déclaration de guerre,
Un plan d'action qui porte en lui le message :
Nous sommes une option forte et sans-visage.

Dangereux, lucides et conscients des enjeux
Rageux, speed, prêts pour le tapage !
Qui se propage sur tous les territoires,
à travers les âges, et ce, depuis le départ.

Passons aux choses sérieuses, saines, périlleuses,
Pour que cette prose saigne, devienne dangereuse.
Un coup d'éclat, qui creuse l'écart, enseigne,
Sans buzz, sans média qui nous imprègne.

Ils nous craignent ! Depuis le début.
La liberté qu'ils dépeignent est celle des corrompus.
Aucune prise sur nous, pas de promesse, pas de promus.
Pas de méprise, ici pas de malentendu !

Ici pas de vendus ! Indemnes et c'est reconnu,
On laisse le game tellement loin qu'il n'en est pas revenu.
On distribue nos ceaux-mor, tu connais l'adresse
Ne plie face à aucun store ni aucune presse.

Toujours gratos quand les boloss les plus atroces
S'accrochent et bossent pour faire du rap un négoce.
En poster épinglé dans les chambres des gosses
Sans saveur l'égo étriqué, dépourvu de force.

On défonce leurs affaires car leur farce est finie.
Il est l'heure de faire place à une masse avertie
Pour que la jeunesse seule chasse ce qui l'abrutit.
En face, RAPACES gueule : Place aux insoumis !

C’est une contre-attaque, RAPACES sort ses griffes,
Fracasse les réacs, hardcore, offensif.
On tabasse les sous-fafs qui surfent sur la souffrance
Jusqu'aux bourges, nos baffes fusent sur l'engeance.

25 ans dans l'action, depuis Pasqua / Mitterrand,
friands de subversion, de tracas pour les tyrans,
Voyant la prédation qui se propage dans le monde,
On répand la négation du prolétariat en fronde.

Communistes révolutionnaires, rivés aux subtils repères
Unis dans la guerre déter', hier menée par nos pères,
Sous la lumière de nos prévisions qui se réalisent
Nous enterrons les illusions, lissons nos analyses.

Une concrète vision totale de la ligne historique
Sécrète des positions létales, décline la dialectique.
On passe le capital aux cribles de la théorie,
Pour fuir l'impasse, cible les agents de la barbarie.

Et c'est pas c'qui manque puisque qu'le système craque,
Qui sépare la Banque du risque, sème la matraque,
Programme la mise à sac globale qui sauvera les liasses,
La crise s'enflamme en face à face entre classes !

Si tu te délasses ou fais le molasse devant le boss,
C'est mort, tu trépasses sous les crocs des molosses.
Rodav' les forces de l'ordre de cette ordure d'Macron
Qui cognent, éborgnent : a tort nous ne les massacrons !

Des chars de gendarmes chargent les manifestants
Prochain seuil : des armes aux mains des sans-dents,
Qui prendront les entreprises, crameront les importants.
Feront le deuil de l'argent et des possédants.

Crois bien que le bourgeois ne s'octroie aucune limite
Quand son pouvoir est aux abois, il accroît la poursuite
austéritaire, se déploie l'Etat pro-transnationales,
Totalitaire, ses lois matent le prolo radical.

Les apparences s'envolent, la propagande patronale
Balance le formol dans une sarabande infernale :
Du matin au soir, gagés par les milliardaires
Les clébards de garde aboient leur verve mensongère.

Ce qui met le plus vénère c'est l’vil hère numérique
Qui lui-même s’vénère, s’filme, s’révèle narcissique
Tel un bacille antisocial, le spectaculaire s'intègre
A l'intime crucial du youtuber qui dégénère.

Façon défonce finale l'offensive ouvrière
S'annonce fatale, dense, furtive et meurtrière
Une véritable avalanche sur toute l'existence
Sera la revanche redoutable de l'intelligence.

Donc, le contexte teste ta conscience avant le crash
Excite ses auxiliaires de défenses que sont les fafs.
Reprends tes textes, descends la science de ces lâches,
et leurs mythes identitaires, fais-en de la mâche !

Athées matérialistes, n'exemptons aucune secte
Infectée d'essentialistes, de curetons des plus abjectes.
Combattons l'union des religions hyènes
Dont l'un des bastions est L'Union européenne.

Ainsi, Fidèle au poste, RAPACES vise - ça dépote -
L'ennemi de classe pour cible et ses alliés étatistes.
On ficelle la riposte des masses face aux despotes
Ami, la tâche est crédible, le communisme est en piste !

 

Retour à la page précédente

Toute reproduction de ce texte n'engage que la responsabilité de celui qui la réalise.